En formation avec les "dames de la lecture"

dans la Vienne

Image : Agathe Roger / Journaliste : Apolline Tarbé

Publié le 
6 avril 2021 à 18h01
-
Durée :
7 mn

Dans le département de la Vienne (86), les bénévoles de l’association Lire et faire lire ont la possibilité de suivre plusieurs formations par mois, pour enrichir leur engagement en faveur de la lecture dans les écoles. Savoir poser sa voix, choisir l’histoire adéquate, gérer un groupe d’enfants... les thématiques ne manquent pas. Nous avons assisté à la formation “connaissance de l’enfant” dispensée par une psychologue à sept bénévoles, sur toute une journée.

Emmanuelle Billon, psychologue et formatrice des bénévoles Lire et faire lire de la Vienne

Il est 9h. Les tables sont disposées au milieu de la salle, les bénévoles se retrouvent ou font connaissance autour d’un café. Sabine, coordinatrice départementale de Lire et faire lire, accueille la psychologue et formatrice Emmanuelle Billon. La formation s’apprête à débuter.

Transmettre le plaisir de lire

Lire et faire lire est une association qui permet à des bénévoles de plus de 50 ans de transmettre leur amour de la lecture aux enfants, en proposant des séances de lecture dans des établissements éducatifs. Présente sur tous les départements de l’Hexagone et d’Outre-mer, l’association compte plus de 20 000 bénévoles qui interviennent dans 12 000 structures d’accueil différentes.

Sabine Mainardi, coordinatrice pour le département de la Vienne, nous détaille les missions de l’association : “l’association n’a pas de vocation éducative : son but est de créer des liens intergénérationnels entre des enfants et des personnes de plus de 50 ans, et de donner envie aux enfants d’aller vers le livre, vers la lecture”. La magie se crée autour d’un moment de lecture à voix haute “dans des crèches, des écoles, des centres de loisir, des bibliothèques, des musées... toutes les structures qui veulent bien nous accueillir” complète Sabine.

Sabine, coordinatrice départementale de Lire et faire lire dans la Vienne (86)

Du côté des bénévoles présentes, c’est l’amour de la transmission qui motive l’engagement. Anne lit depuis 4 ou 5 ans dans une école maternelle poitevine. Pour elle, la lecture fut salvatrice : “moi, j’avais pas la télévision, pas de téléphone, j’habitais dans un endroit très isolé... C’est vraiment l’accès à la lecture et aux livres qui m’a ouvert l’esprit”. D’où la nécessité de partager ce loisir autour d’elle : “quand j’ai eu des enfants, j’ai souhaité qu’ils aient ce goût pour la lecture. C’est quand même comme ça qu’on accède à la culture, qu’on développe la capacité à avoir un esprit critique...”

Joëlle, bénévole chez Lire et faire lire depuis 8 ans

À Joëlle, bénévole depuis quasiment dix ans, de rebondir : “On peut tout apprendre dans un livre ! Alors c’est ce plaisir de lire que l’on transmet”. Et d’après elles, la magie opère à chaque fois. Pendant l’histoire, “on voit des petites étincelles dans leur regard” assure Anne, émerveillée. Visiblement, la connexion est réciproque.

“on voit des petites étincelles dans leur regard”

Quelques conversations avec les bénévoles révèlent leur difficulté à décrire le statut qu’elles ont auprès des enfants. Les nouvelles lectrices sont plusieurs à se poser la question de leur place : quand et comment répondre aux questions des enfants ? comment ne pas se faire submerger par le groupe ? “On a une situation particulière : on ne fait pas partie de l’école, on n’est ni animatrice, ni maîtresse...” démontre Joëlle, qui raconte ensuite qu’en expliquant sa mission à un groupe d’écoliers, l’un d’entre eux lui a répondu : “en fait, t’es une mamie qui lit !”. Une formule qui la ravit encore aujourd’hui.

Mieux connaître l’enfant

C’est précisément le travail de Sabine que d’accompagner les structures d’accueil et les bénévoles dans ces réflexions. Pour ce faire, elle rencontre chacune des nouvelles volontaires, et se rend dans les structures pour y établir les conventions et préparer le cadre des séances de lecture. Afin d’accompagner au mieux Anne, Joëlle et la centaine d’autres bénévoles du département, Sabine organise très régulièrement des formations, qui sont données dans les locaux de la fédération 86 de la Ligue de l’enseignement ou dans des structures d’accueil du département. Cette philosophie correspond à celle infusée par Lire et faire lire sur l’ensemble du territoire : en 2019, plus de 1800 formations ont été dispensées par l’association au niveau départemental. “Les bénévoles en sont très demandeuses”, remarque Sabine.

Le tour de table effectué en début de matinée nous le confirme : les participantes sont avides de se former. “J’ai peur de ne pas être à la hauteur de leurs attentes”, confie une première, tandis qu’une seconde s’inquiète de ne pas savoir encadrer “les enfants en difficulté”. Véronique, nouvelle dans l’association, s’interroge sur sa capacité à encadrer un groupe d’enfants agités. D’autres ont déjà assisté à des formations sur le sujet de la connaissance de l’enfant mais cherchent à en savoir plus, à l’instar d’Anne : “j’ai toujours de la curiosité pour ce qui concerne la psychologie, le développement des enfants, leur comportement... tout ce que je peux absorber là dessus, ça m’intéresse”.

Véronique, nouvelle bénévole chez Lire et faire lire

À l’écoute de toutes les remarques, les préoccupations et les témoignages, la psychologue Emmanuelle Billon prend des notes et reformule en termes psychologiques. Au bout d’une heure, l’ordre du jour de la journée est décidé et proposé aux participantes, à partir de leurs questionnements. Il sera donc notamment question du cadre dans lequel les bénévoles sont amenées à se positionner, de la jubilation de la répétition chez l’enfant, et de son immaturité fondamentale d’un point de vue neurologique, physique, affectif et cognitif.

Offrir un moment hors du temps

Tout au long de la formation, les questions posées par les bénévoles témoignent de leur désir de créer une bulle pédagogique et ludique pour les enfants qu’elles rencontrent. Mais pour ce faire, il n’y a pas de recette magique qui résiste au temps, d’autant plus que “les enfants ont changé”, assure Joëlle. “Depuis huit ans, leurs attentes, leurs intérêts ne sont plus les mêmes : les grands de primaire sont très intéressés par l’écologie. Ils s’inquiètent de savoir ce qu’ils vont devenir lorsque la planète aura explosé”. D’autres bénévoles se posent également la question des effets de la catastrophe sanitaire et de la guerre sur leur affect. “Ce qui me fait flipper, c’est que je pense que je vais entendre parler de l’Ukraine la prochaine fois”* souffle l’une d’entre elle. Faire face aux anxiétés et aux questionnements des enfants peut s’avérer délicat pour les bénévoles, qui ne sont pas censées répondre à leurs questions mais simplement leur offrir un moment de lecture hors du temps. Joëlle exprime cette difficulté : “on ne va pas non plus leur dire : je ne veux pas le savoir, reste dans ton coin ..! On fait au mieux, il faut bien les écouter un peu, tout en restant à notre place”.

“Ils s’inquiètent de savoir ce qu’ils vont devenir lorsque la planète aura explosé”

Alors pour “rester à leur place”, les lectrices utilisent l’outil principal à leur disposition : le livre, qu’elles choisissent en amont avec soin, dans une bibliothèque partenaire. Anne, par exemple, prend le parti de lire des récits joyeux, beaux, envoûtants. Elle raconte : “je mets beaucoup de temps à choisir les livres, parce que je suis très attachée à leur esthétique. Je n’ai pas trop de questions des enfants, parce que je ne vais pas les chercher non plus : je fais en sorte qu’ils profitent du livre, de l’histoire, du beau”. Pour elle, il ne s’agit donc pas de traiter de sujets de société dans les histoires contées. “Je viens pour que ce soit agréable, pour qu’on s’amuse”, justifie-t-elle. Joëlle choisit également des histoires “qui finissent bien”, depuis qu’une petite fille lui a dit : “si j’entends quelque chose de triste, je fais des cauchemars”.

Les questionnements des bénévoles Lire et faire lire traduisent la nécessité pour elles de continuer à se former régulièrement pour toujours mener à bien leur mission. “Il faut pas rester sur nos certitudes. On a toujours quelque chose à apprendre”, résume Joëlle, qui a déjà rencontré Emmanuelle Billon deux fois dans ce même cadre. Et les bénévoles ne devraient pas être déçues : les rendez-vous des prochaines semaines sont déjà annoncés. Rencontre avec une illustratrice, visite de médiathèque, clubs de lecture... Le programme qui attend les “dames de la lecture” s’annonce riche, et à la hauteur de leur investissement.

*la formation évoquée a eu lieu le 17 mars 2022, soit quelques semaines après l’invasion de l’Ukraine par la Russie

Les enquêtes de la Ligue

Une création d'In:Expeditions
Les enquêtes de la Ligue

Une création d'In:Expeditions
7 mn
 Écouter

Image : Agathe Roger / Journaliste : Apolline Tarbé

Publié le 
6 avril 2021 à 18h01
-
Durée :
7 mn

Pour aller plus loin :

Merci pour votre temps :

Sabine Mainardi, coordinatrice Lire et faire lire

Joëlle, Anne, et les cinq autres bénévoles participantes

Entrer en contact :

Sabine Mainardi, coordinatrice Lire et faire lire : lireetfairelire@laligue86.org

à découvrir aussi :